27 août 2017

Interview - Mel Roah

Bonjour, bonjour


En tant que lectrice, je suis toujours curieuse d'en savoir plus sur les auteurs que nous pouvons lire et/ou croiser autour de nous, c'est pourquoi, j'aime leur donner la parole ! 


Aujourd'hui, je vous propose d'en découvrir un peu plus ou découvrir tout simplement :

 Mel Roah, auteure, poète chez Hugues Facorat. 

Mel Roah


  • Les présentations

Pour commencer, est-il possible de vous présenter en quelques mots ?
(Etudes, métier, loisirs, etc)

Mon nom de plume est Mel Roah. J’ai fait un bac littéraire, un DUT information-communication option métier du livre et du patrimoine ainsi qu’un bachelor en relations publiques et événementiel. Je viens tout juste de terminer mon master en marketing et communication intégrée. Je suis maintenant en recherche d’un emploi dans le secteur de la communication et de l’infographie. Mes passions sont l’écriture (je suis rédactrice bénévole pour un webmagazine), mais aussi la musique (je suis flûtiste) et la photographie. J’aime aussi tout ce qui est création graphique.



Quel genre littéraire appréciez-vous lire ?

Je lis principalement de la fantasy et du fantastique. J’aime beaucoup les genres de l’imaginaire, ce qui ne m’empêche pas de lire parfois quelques polars ou de la poésie.




Quel est votre top 5 des auteurs favoris ?

J’apprécie particulièrement les œuvres de Baudelaire, de Pierre Bordage, d’Andrus Kivirähk, d’Edgar Poe et de Kenneth Oppel.





- votre vie d'auteure -

Depuis quand vous êtes-vous intéressé(e) à l'écriture ?

J’ai commencé à écrire de petites histoires vers 8-10 ans. Au début, c’était surtout pour apprendre à lire à ma petite sœur. J’ai commencé à écrire des histoires plus sérieuses en dernière année de collège. En ce qui concerne les poèmes, j’ai commencé à en rédiger lors de mes années lycée.




Qu'est-ce qui peut faire l'objet d'inspiration pour vous ?

Absolument tout. Un bâtiment, un paysage, des inconnus croisés lors d’une ballade, un voyage, une discussion, une musique, une photographie, etc… J’ai toujours eu beaucoup d’imagination. Je ne m’impose pas de limite. Je laisse vagabonder mes idées et je note ce qui me vient en tête. Par la suite, il ne me reste qu’à retravailler et réécrire mes idées.



Quel est votre rythme d'écriture ?

J’essaie d’écrire régulièrement. Plusieurs fois par la semaine. Je ne m’impose pas de durée. Lorsque je commence à écrire, je ne m’arrête que lorsque j’ai besoin d’une pause ou que j’estime que c’est suffisant pour la journée. Parfois, il m’arrive de faire des pauses de quelques semaines, soit parce que j’ai des semaines très chargées, soit parce que je désire laisser mes écrits se reposer pour pouvoir y revenir un peu plus tard avec un regard plus neuf.




Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous ?

Etant donné qu’il s’agit d’un recueil de poésie, il n’y a pas de personnage récurrent. Si je devais choisir de donner vie à l’un de mes poèmes, ce serait le poème Vagabond que je choisirais car on suit une personne qui doit braver les climats et les préjugés.



Sur quel(s) projet(s) travaillez-vous actuellement ?

Actuellement, je travaille sur une biographie qui devrait paraître pour les fêtes de fin d’années si tout se passe bien. Cette fois-ci, il n’y aura pas du tout de fantasy. C’est une petite parenthèse que j’ai décidé de faire car le sujet me tiens très à cœur. Le thème portera sur l’immigration et l’Italie. Je n’en dirais pas plus, pour garder un peu de suspens. C’est un ouvrage qui je l’espère permettra à un grand nombre de personnes de s’y reconnaitre.





- La publication -

Comment s'est présentée l'opportunité de l'édition auprès d'une maison d'édition ?

Au début, je n’envisageais pas du tout de faire éditer mon recueil de poésie. J’avais pris l’habitude de faire lire chaque nouveau poème à ma mère, et c’est elle qui m’a un jour parlé de les proposer à l’édition. J’ai donc fais une petite liste des maisons d’éditions susceptibles d’être intéressées par mes écrits, puis je leur ai fait parvenir l’ensemble de mes poèmes. Les éditions Hugues Facorat ont été les premières à me donner une réponse. C’est finalement avec cette maison d’édition que j’ai signé mon contrat et six mois plus tard mon recueil de poésie est paru.




Pour vous, quels sont les avantages ainsi que les inconvénients de cette méthode de publication ?

Je suis publiée par un petit éditeur, les inconvénients sont donc le manque de communication et de publicité sur le livre ainsi que l’absence de distributeur. C’est l’éditeur qui se charge de placer les ouvrages en librairies. Je peux bien sûr les proposer de mon côté.

Les avantages d’être publié par un éditeur sont la possibilité de participer à divers salons du livre et la facilité lors de la recherche de dédicaces en librairie (ce qui est plus compliqué lorsqu’on n’a pas d’éditeur). Un autre avantage est que je n’ai eu aucun frais puisque j’ai un contrat à compte d’éditeur, ce qui signifie que l’éditeur prend tout en charge.

Comme je l’ai dit précédemment, je suis dans une petite maison d’édition, ce qui m’a permis de mettre la main à la pâte comme on dit. J’ai pu réaliser la couverture de mon recueil, le book-trailer, ainsi que les éléments de communication (flyers, affiches, vidéo). Bien sûr, l’éditeur validait ou non mes propositions. Ayant fait des études en communication et infographie, ça a été une belle opportunité pour moi, et j’ai été réellement ravie que mon éditeur ait accepté que je travaille avec lui sur l’ouvrage.





- Les petits plus -


Avez-vous une petite anecdote lors d'une rencontre avec vos fans ?

Lors de mon premier salon, une jeune femme est venue me voir pour acheter mon recueil et avoir une dédicace. Elle m’a dit avoir vu sur ma page Facebook ma venue au salon et qu’elle s’était dépêcher de venir car elle avait adoré les extraits disponibles sur mon site. J’ai été très surprise par son enthousiasme. Ça m’a énormément touché.




D'ailleurs, où peut-on vous rencontrer pour boire un café et/ou pour une petite dédicace ?

On peut me rencontrer en Moselle, plus particulièrement à Bouzonville, Boulay, Creutzwald ou Metz. Les lecteurs peuvent me contacter via mon site internet ou ma page Facebook. S’ils souhaitent me rencontrer que ce soit pour discuter ou acheter mon livre, je leur indique mes disponibilités dans les secteurs cités ci-dessous. On peut aussi me rencontrer lors des salons auxquels je participe. Le prochain étant celui de Vasperviller le 24 septembre.




Une petite chose à ajouter ?


Avec mon éditeur, nous avons décidé de mettre six poèmes du recueil sous forme de vidéo. Cela permet de faire découvrir ou redécouvrir d’une autre façon mes poèmes. Ce projet porte le nom de Illusion Narcotique Project. La première vidéo a été publiée en avril et la dernière sera publiée en septembre. Elles sont visibles sur YouTube, sur mes réseaux sociaux - Twitter Instagram et Facebook - et sur mon site.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺